Trouble du comportement alimentaire et alimentation désordonnée : quelles sont les différences?

Vous mangez beaucoup et vous vous sentez coupable ? Cela se produit parce que, de nos jours, les gens ont honte de leurs besoins fondamentaux. Découvrez les différences entre un trouble alimentaire et une alimentation désordonnée.

Très souvent, nous nous sentons coupables de manger un peu trop ou lorsque nous avons simplement faim. Quand peut-on dire que l’on souffre d’un trouble de l’alimentation et quand a-t-on des troubles de l’alimentation?

Quelles peuvent être les raisons de souffrir d’un trouble de l’alimentation?

Dans la société actuelle, nous sommes inondés de modes alimentaires, de régimes à la mode et d’applications technologiques qui enregistrent chacun de nos mouvements et les calories brûlées, et la pression de la société pour perdre du poids afin d’avoir un beau corps et une belle apparence est de plus en plus pressante.

Que se passe-t-il donc lorsque nous sommes obsédés par cette “mode” et où se situe la limite entre une alimentation désordonnée et un trouble alimentaire ? La question de savoir quelle est la consommation calorique quotidienne standard pour les adultes est très controversée.

On parle d’alimentation normale et on ne présume pas d’un trouble ou d’une alimentation désordonnée lorsqu’une personne consomme de la nourriture lorsqu’elle a faim et s’arrête lorsqu’elle se sent moyennement rassasiée. Au contraire, lorsqu’une personne commence à consommer de la nourriture comme une cause de stress ou d’ennui, c’est alors que l’alimentation normalisée devient un problème d’alimentation ou un trouble de l’alimentation dû à des problèmes psychologiques.

On parle de troubles de l’alimentation lorsque des personnes mangent pour des raisons autres que la faim et la nourriture.

Qu’est-ce qu’un trouble de l’alimentation et quels sont les types les plus courants ? Les personnes qui souffrent d’un trouble du comportement alimentaire (TCA) ont des pensées obsessionnelles sur la nourriture au quotidien. L’individu pense aux calories, au goût, au fait d’éviter les aliments ou à l’endroit où acheter de la nourriture. Il passera des heures à planifier ses repas en comptant les calories et à s’entraîner au point que cela affecte sa vie quotidienne.

Les troubles alimentaires les plus courants sont l’hyperphagie boulimique, l’anorexie mentale et la boulimie. Chacun de ces troubles alimentaires peut se présenter différemment selon les personnes et avoir des conséquences à vie.

Que signifient les troubles de l’alimentation?

Les troubles de l’alimentation ne sont pas un “trouble de l’alimentation” en soi. Cependant, il s’agit d’un comportement anormal qui peut devenir dangereux.

Bien qu’il n’existe pas de définition clinique définitive des troubles de l’alimentation, ce terme est souvent utilisé dans le milieu du traitement des troubles alimentaires pour décrire divers comportements alimentaires anormaux qui ne répondent pas encore aux critères d’un trouble alimentaire. Certains pensent que les troubles de l’alimentation, s’ils ne sont pas traités, peuvent conduire à un trouble de l’alimentation. Cependant, toutes les personnes présentant des troubles de l’alimentation ne développeront pas un trouble clinique de l’alimentation.

Il arrive très souvent que l’on se sente coupable de manger un peu trop ou simplement d’avoir faim. Quand peut-on dire que l’on souffre d’un trouble de l’alimentation et quand a-t-on des troubles de l’alimentation?

Un trouble du comportement alimentaire se produit lorsque des personnes mangent pour des raisons autres que la faim et la nourriture. Les personnes souffrant de troubles de l’alimentation mangent lorsqu’elles s’ennuient, mangent en cas de stress, mangent pour couvrir leurs émotions, sautent des repas, mangent sans limites et vomissent généralement, peuvent sauter des groupes alimentaires importants ou manger la même chose tous les jours.

Comment classer les types de troubles de l’alimentation?

La fréquence et la gravité de l’habitude alimentaire anormale constituent le principal facteur de distinction entre une alimentation désordonnée et un trouble alimentaire diagnostiqué. Bien que les désordres alimentaires et les troubles de l’alimentation ne correspondent pas à des habitudes alimentaires normales, les troubles de l’alimentation ont des critères de diagnostic très spécifiques qui décrivent un comportement fréquent et grave.

Les personnes qui souffrent d’un trouble du comportement alimentaire (TCA) ont des pensées obsessionnelles sur la nourriture au quotidien.

De nombreuses personnes entretiennent des relations problématiques ou désordonnées avec la nourriture, le corps et l’exercice, ce qui se traduit par une obsession excessive à compter les calories, à faire trop d’exercice, à faire de l’exercice uniquement pour perdre du poids, etc. De nombreux professionnels des troubles alimentaires pensent que l’alimentation émotionnelle est déclenchée par l’inconscience. Par exemple, nous mangeons souvent immédiatement après avoir fini de manger, même si nous n’avons plus faim, ou nous mangeons des en-cas simplement parce que nous sommes dans cette situation, et non par faim.

Manger inconsciemment est le résultat direct de l’inconscience de ce que nous pensons, ressentons et faisons à ce moment-là. Par conséquent, la pratique de la pleine conscience en matière d’alimentation peut nous empêcher de manger des quantités infinies de nourriture sans même nous en rendre compte.

Les troubles alimentaires les plus courants sont l’hyperphagie boulimique, l’anorexie mentale et la boulimie. Chacun de ces troubles alimentaires peut se présenter différemment selon les personnes et avoir des conséquences à vie.

Les troubles de l’alimentation peuvent aller de tout ce qui ne correspond pas à la norme à un quasi-trouble de l’alimentation.

Voici quelques exemples de “troubles” alimentaires :

  • Frénésie alimentaire et vomissements: L’anorexie mentale et la boulimie sont des troubles très similaires, car ils impliquent tous deux une frénésie alimentaire et des vomissements. L’anorexie mentale comporte deux sous-types : l’anorexie restrictive et l’anorexie rejetée, tandis que la boulimie est strictement caractérisée par des crises de boulimie et des vomissements.
  • Vomissements auto-induits: bien que les vomissements auto-induits soient un type de comportement de rejet, les personnes souffrant d’anorexie et de boulimie n’ont pas besoin de se faire vomir pour être diagnostiquées avec ces troubles alimentaires.
  • Alimentation émotionnelle: l’alimentation émotionnelle est une caractéristique commune des troubles de l’alimentation.
    L’alimentation émotionnelle se caractérise par le recours à la nourriture en réponse à des émotions négatives ou positives. De nombreuses personnes qui s’adonnent à l’alimentation émotionnelle utilisent la nourriture comme un mécanisme malsain pour combler un vide ou pour éviter des sentiments douloureux tels que la tristesse, l’anxiété, le rejet ou la colère.
  • Régime restrictif et/ou extrême: on parle de régime restrictif lorsque des personnes excluent certains groupes d’aliments ou certains aliments de leur alimentation pour des raisons de régime, de goût, de texture, d’objectifs esthétiques, etc.
    Abus de laxatifs : lorsqu’on abuse des laxatifs pour se débarrasser rapidement de ce que l’on ingère dans le but de perdre du poids ou de ne pas en prendre.

Edición Santé - Cyrille Lefevre

À propos

Le temps en France

Le temps qu'il fera demain dans votre ville, avec des mises à jour en temps réel.